Vous avez une question ? 03 80 42 80 03

Le prix de l'immobilier à Dijon - 10/08/2015

Le prix de l'immobilier à Dijon - 10/08/2015

Les locations immobilières à Dijon sont à la traîne, en cause un parc social important et des offres de logements neufs conséquents.

Depuis le début de l'année 2015, malgré un nombre de ventes similaires à 2014, les prix sont inférieurs de l'ordre de 10 à 12 % pour la ville de Dijon, hormis son centre historique où les prix se maintiennent pour les constructions de caractère.

Les appartements ou les maisons proches du centre-ville sont très prisés mais à des couts convenables.

Les acquéreurs sont un peu plus nombreux en ce début 2015, dû au fait de la baisse des taux de crédit mais aussi parce que les vendeurs sont devenus plus raisonnables pour le prix de vente.

Aujourd'hui, un bien non surévalué par rapport à ses prestations permet d'être vendu dans un délai minime, généralement en moins de trois mois.

Les appartements récents sont plus sollicités par les acquéreurs que les biens construits avant les années 1970.

Ce qui s'explique par les charges collectives beaucoup plus élevées pour les vieux appartements.

Le prix de ces appartements a quasiment été divisé par deux tandis que ceux du centre-ville historique peuvent être quatre fois plus chers au m² pour des biens remarquables.

En ce qui concerne les maisons, cela dépend du quartier où se situe le bien immobilier mais également de son année de construction.

Les prix peuvent passer du simple au double selon la situation géographique dans Dijon.

Pour réaliser une bonne transaction immobilière, il faut se rendre en périphérie dijonnaise car l'offre est importante alors que la demande ne suit pas.

Le prix de l'immobilier à Dijon varie donc fortement d'un secteur à un autre.

Si vous avez un projet d'investissement immobilier pour une future location, préférez les petits appartements de 2 pièces biens situés ou pourquoi ne pas acquérir un bien plus ancien que vous louerez en colocation à des étudiants si celui-ci est proche des universités.

Les maisons à louer des années 30 sont également très recherchées avec une offre quasi inexistante.


« Retour aux actualités